Laboratoire de Recherches sur les Cultures Anglophones, UMR 8225

Partenaires

CNRS
Université Paris Diderot- uspc

Rechercher




Accueil > Colloques > 2018-2019

Fiction historique : enjeux théoriques et idéologiques

publié le , mis à jour le

Fiction historique : enjeux théoriques et idéologiques

21 juin 2019

Journée d’études organisée par le Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA UMR 8225), Université Paris Diderot - CNRS, avec le soutien de l’Université de Liverpool.

Organisatrices : Laurence Cros et Marie-Jeanne Rossignol

Lieu : Olympe de Gouges, Place Paul Ricoeur 75013 Paris, 2é étage, salle 255

Cette journée d’études s’inscrit dans le cadre d’un projet intitulé « Faire le point sur les fictions historiques », mené par une équipe interdisciplinaire du LARCA de Paris Diderot à travers une série de journées d’études thématiques prévue entre 2019 et 2021, à laquelle s’ajoutera un cycle de projections de films et séries historiques ainsi que des séances ponctuelles de séminaires.
Présentation générale et calendrier : https://mhma.hypotheses.org/category/fictions-historiques

Téléchargez le programme de la journée du 21 juin

Cette première journée vise à faire émerger l’état de l’art sur la question de la fiction historique, genre souvent dédaigné car considéré comme commercial et grand public, relevant du divertissement et dénué de fondement scientifique. Néanmoins, il s’agit d’un genre dont le succès ne se dément pas, depuis son émergence au XIXe siècle sous la forme du roman historique, et dont l’impact s’est encore accentué aujourd’hui à travers d’autres format, tels que le cinéma, la série TV, voire le jeu électronique. La fiction historique touche aujourd’hui des millions de personnes, pour qui il constitue la principale, voire l’unique, porte d’entrée à la connaissance du passé. Ce rôle majeur de la fiction historique dans la propagation du savoir historique mérite donc que l’on réfléchisse aux enjeux théoriques et méthodologiques, politiques et idéologiques, qui le caractérisent.

On pourra commencer ce travail de réflexion en s’intéressant à la réaction des historiens professionnels, souvent partagés face à la fiction historique, et inquiets quant à son impact public, certains étant ouvertement critiques (Pierre Briant), d’autres préférant collaborer avec les réalisateurs de cinéma pour apporter une réelle expertise dans le nouveau contexte de massification de la fiction historique (Nathalie Zemon-Davis), d’autres encore mettant la main à la pâte pour écrire leur propre fiction historique (Simon Schama). Les réactions et les interrogations des historiens pourront être étudiées à travers des exemples précis pris dans le monde anglophone (comédie musicale Hamilton, films et romans sur Lincoln tels Lincoln in the Bardo) mais également en France et ailleurs dans une perspective comparatiste.

Il sera utile pour approfondir la réflexion de se pencher sur la dimension grand public de la fiction historique. Il s’agit en effet d’un genre « populaire », dans le double sens du mot (qui plait au plus grand nombre / qui est à l’usage du peuple) . Se pose ainsi la question de la légitimité et de l’authenticité du savoir ainsi disséminé, de l’interaction avec la culture savante, de l’impact sur la présentation du passé des impératifs de divertissement et de large diffusion d’un produit avant tout commercial. Comment juger si certaines œuvres de fiction historique sont-elles plus légitimes que d’autres ? Est-ce une question de qualité littéraire et esthétique, de rigueur scientifique, de sérieux du travail de recherche préliminaire ? Dans quelle mesure l’écriture savante de l’histoire irrigue et légitime-t-elle la fiction historique populaire ? En retour, peut-on accepter l’idée que la fiction historique populaire constitue un outil utile pour diffuser au plus grand nombre un savoir qui leur resterait autrement inaccessible ?

Ouvrages cités :

  • Briant, Pierre Alexandre. Exégèse des lieux communs. Paris : Gallimard, « Folio », 2016.
  • Chernow, Ron. Hamilton. New York : Penguin Books, 2004.
  • Journal of the Early Republic. Vol. 37, n°2 (Summer 2017). “Symposium on Hamilton, An American Musical” : 251-295.
  • Miranda, Lin-Manuel. Hamilton : The Revolution. New York : Grand Central Publishing, 2016.
  • —. Hamilton, An American Musical. CD. 2015
  • Schama, Simon. Dead certainties. Unwarranted Speculations. New York : Vintage Books, 1991.
  • Zemon-Davis. Nathalie. Slaves on Screen. Film and Historical Vision. Cambridge : Harvard University Press, 2002.

Autres références (sélection) :

  • De Groot Jerome, Remaking History : The Past in Contemporary Historical Fictions, London and New York : Routledge, 2015. DOI : 10.4324/9781315693392
  • Delage, Christian et Vincent Guigeno. L’Historien et le film. Paris : Seuil, 2004.
  • LISA/LISA e-journal : “Based upon a Life : The Biopic Genre in Question”. http://journals.openedition.org/lisa/8947
  • Ferro, Marc. Cinéma et histoire. Paris : Folio Histoire, 1993.
  • Lukács Georg. The Historical Novel. Boston : Beacon Press, 1963.
  • Menegaldo, Gilles et Melvyn Stokes eds. Cinéma et histoire. Paris : Michel Houdiard, 2008.
  • Phillpott Matt, Novel Approaches : from academic history to historical fiction. Virtual conference of the Institute of Historical Research (21 November – 25 November 2011). http://ihrconference.wordpress.com/
  • Sanello, Frank. How Hollywood Turns Fact into Fiction. Lanham, NY : Taylor Trade Publishing, 2003.
  • Rosenstone, Robert A. “History in Images/ History in Words : Reflections on the Possibility of Really Putting History Onto Film”. American Historical Review 93 (1998). N°5 : 1173-1185.
  • Sand, Schomo. Le XXe Siècle à l’écran. Paris : Seuil, 2004.
  • Toplin, Brent. History by Hollywood. The Use and Abuse of the American Past. University of Illinois Press, 1996.
Actualités News

contacts contacts